Publications

  • Attention ! Ce que cachent vos commissions de mouvements
  • Bruxelles s’apprête à demander aux banques européennes ce qu’elles ont fait des 1000 milliards d’euros prêtés récemment par la BCE. L’heure des comptes a enfin sonné...

    • Actualités

Bruxelles s’apprête à demander aux banques européennes ce qu’elles ont fait des 1000 milliards d’euros prêtés récemment par la BCE. L’heure des comptes a enfin sonné...
L’heure des comptes a enfin sonné : la Commission européenne s’apprête à demander aux banques ce qu’elles ont fait des 1000 milliards d’euros libérés par la BCE en décembre et février, à l’occasion des deux opérations de refinancement à trois ans. Ces dernières, qui avaient pour but de relancer l’économie et d’inciter les banques à continuer à financer les Etats en achetant de la dette, n’ont visiblement pas eu l’effet escompté.
Le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi a en effet affiché sa déception mercredi dernier, reconnaissant qu’il espérait voir l’opération profiter davantage à l’économie réelle. Et selon Le Monde, Michel Barnier, le commissaire au marché intérieur, aurait demandé au président de l’Autorité bancaire européenne, Andrea Enria, de s’intéresser à l’usage qu’ont fait les établissements financiers de ces prêts bonifiés. Il a aussi déposé un amendement à la directive européenne sur les liquidités bancaires qui "impose aux banques d’isoler les profits qu’elles ont réalisés en investissant dans des titres rémunérateurs les liquidités à faible coût de la BCE, et oblige que ces bénéfices ne puissent être inclus dans le calcul des bonus".
Encore plus récemment, c’est l’équipe du nouveau président, François Hollande, qui s’est intéressée sérieusement à la question. "Il va falloir revenir sur cette opacité des banques. Ce sujet peut-être traité dans une loi de régulation financière par exemple", indiquait Nicole Bricq, chargée des questions fiscales.
Resserrement du crédit Alors à quoi ont servi ces 1000 milliards d’euros ? A priori, pas à renforcer le crédit bancaire, comme l’espérait, pas vraiment secrètement, Mario Draghi. Entre janvier et mars, les nouveaux crédits aux entreprises ont en effet fondu de près de 14 milliards d’euros en Europe (à 679 milliards), quand l’enveloppe des nouveaux prêts aux ménages s’est réduite de 5 milliards d’euros (à 236,5 milliards d’euros). Selon une récente étude de la BCE, 9% des banques ont encore resserré les conditions de crédit aux entreprises au premier trimestre, alors que 35% d’entre elles l’avaient déjà fait fin 2011. (...)